Contact   Mˇdiath¸que   Anecdotes   Liens  

LA GRANDE HISTOIRE

LE MILIEU

LES MATÉRIELS

LES HOMMES

L'HISTOIRE

LES HOMMES

L'ORGANISATION

LES CHRONOLOGIES

LES REALISATIONS

LES HOMMES

Première amélioration du damage :
les rouleaux.
Les motoneiges (ou scooters) sont de plus en plus utilisés dans les stations de ski pour de multiples tâches.
L'application des PIDA dispose de matériels perfectionnés comme ce "Gasex", producteur d'explosions par mélanges de gaz.
Un des premiers "enneigeurs" par mélange haute pression d'air et d'eau

Les matériels

Dès l'instant où un projet de création (ou de développement) d'une station de ski conduit au déclenchement des travaux correspondants, les aménageurs se voient proposer un choix des matériels adéquats. De leur spécificité découleront les opérations de viabilisations initiales aussi bien que la maintenance et les exploitations des réalisations.
On installe dans les zones sensibles, des équipements pouvant freiner ou arrêter les éventuelles avalanches.
Les engins propres aux travaux d'aménagement des domaines skiables.
La création, le développement d'une station de ski et l'exploitation de son domaine skiable nécessitent, dès l'abord, des travaux de viabilisation des terrains, non seulement pour préparer les constructions immobilières, mais aussi pour rendre leur ensemble compatible avec l'installation et l'exploitation des remontées mécaniques et des pistes. Les multiples opérations à effectuer feront appel d'une part, à des engins classiques (bulldozer, pelleteuses, etc...) mais aussi à d'autres plus particuliers tels que concasseurs, matériels d'engazonnement, etc... Il faudra, éventuellement, recourir à des installations spéciales de protection contre les avalanches.
La construction initiale des pistes par aménagement des terrains appelle souvent l'intervention d'engins de génie civil ("modelage") suivie de celle des appareils spécialisés déjà cités (débroussaillage et désouchage, minage des massifs rocheux, concassage des résidus, engazonnement...).
Les premiers engins de damage étaient des "snocat" importés des USA.
Les engins spécialisés pour l'entretien des pistes.
Mais, au-delà de ces préparations, l'exploitation exigera un entretien quasi-permanent du manteau neigeux afin de maintenir un bon niveau de "skiabilité" pour les skieurs de tous niveaux techniques.
Cet objectif était primitivement atteint (à partir des années 1930 et jusque vers 1960) par des rouleaux tirés par des skieurs avec, évidemment, une efficacité modeste et au prix de risques importants. Mais, grâce à l'action du champion français Emile Allais, particulièrement compétent dans le domaine des pistes, des engins chenillés motorisés, d'abord importés des USA, firent leur apparition dans les stations européennes. Ces "dameuses" n'ont pas cessé d'être perfectionnées techniquement et équipées d'accessoires de traitements spécialisés, comme les remorques de "fraises" qui permettent d'obtenir une régénération remarquable du manteau neigeux. Beaucoup d'autres améliorations leur apportèrent progressivement des performances tout à fait étonnantes.
Les matériels annexes
L'exploitation des domaines skiables des stations de ski a été progressivement facilitée par l'apparition de matériels nouveaux et particulièrement bien adaptés aux besoins. Ce fut évidemment le cas pour les "dameuses" déjà citées mais il faut mentionner l'usage relativement récent des "motos-neige". Ces scooters légers, performants et maniables rendent désormais de grands services pour les liaisons, les transports de matériels et de personnes, notamment de skieurs accidentés. Ceux-ci étaient précédemment évacués vers les antennes médicales des stations sur des luges-traîneaux ou dans des "barquettes" menées par des "pisteurs-secouristes". Les motos-neige équipées de luge ont donc, entre autres services, rendu ces transports plus rapides et plus confortables.
Les dameuses modernes sont de grande puissance et disposent de treuils leur permettant de grimper n'importe quelle pente.
Le balisage des pistes (répondant à des normes internationales) est le plus souvent complété par des indications d'itinéraires.
Les autres matériels d'exploitation vont des équipements de signalisation et de balisage des pistes (et de protection de certains obstacles) aux appareils d'intercommunication par radio entre les différents lieux et personnels.
En outre, il a fallu se préoccuper de sécuriser le domaine skiable. L'ensemble des opérations est exécuté en conformité avec les "PIDA" (Plans d'Intervention pour le Déclenchement des Avalanches) et, en conséquence, inventer des appareils spécifiques et des actions adaptées. Ce furent d'abord des interventions par "cassage" à skis, puis par minages ponctuels (corniches, plaques à vent...), tous effectuées par des skieurs spécialisés. Puis on installa des "Catex" (câbles transporteurs d'explosifs qui sont des sortes de téléskis transportant des charges explosives télécommandées) et des "canons-avalancheurs" (lanceurs de "roquettes" par air comprimé). Plus récemment les "Gazex" utilisent l'effet de souffle d'une explosion par mélange de gaz télécommandée dans une tuyère fixe.
La "nivoculture"
La qualité des pistes passe évidemment par la régularité et la pérennité de leur enneigement. C'est pourquoi, sous l'impulsion des Américains et dès les années 1970 on s'efforça de pallier les inégalités, voire les déficits de neige par une production additionnelle.
Le principe de base consiste à envoyer dans un air ambiant à température suffisamment basse, un "aérosol" d'eau projetée par air comprimé (système dit "haute pression") ou par turbine (système, dit "basse pression"). Ces systèmes connaissent une constante amélioration de leurs performances et disposent tous de moyens de télécommande et de programmation automatique autogérés à partir des données fournies par des sondes (température, hygrométrie...) réparties sur le terrain.
En outre, des appareils de production de neige par broyage de glace obtenue par des installations frigorifiques spéciales, ont permis une nouvelle "nivoculture" dans des ambiances à températures positives, d'où leur intérêt pour des démonstrations de ski en toutes saisons.

Le travail des pistes est devenu un complément indispensable à l'exploitation des remontées mécaniques (comme pourront l'être également de plus en plus la production de "neige de culture") d'où l'importance que l'on attache désormais aux améliorations techniques des matériels spécifiques. Il en est de même pour les équipements de secours et de sécurisation qui restent des éléments prioritaires dans l'équipement général d'une station de ski.
Les enneigeur "haute pression" sont souvent sur perches pour obtenir une meilleure dispersion de la neige produite.
Les enneigeurs "basse pression" sont alimentés en eau sous pression qu'ils pulvérisent grâce à des turbines incorporées.

page suivante